29 mars 2007

Mortimer (T. Pratchett)

Résumé :

Mortimer court à travers champs, agitant les bras en criant comme une truie qu'on égorge. Et non. Même les oiseaux n'y croient pas.
" Il a du cœur", fait son père adossé contre un muret.

"Dame, c'est le reste qui lui manque", répond l'oncle Hamesh.

Mais à la foire à l'embauche, la Mort le remarque et l'emporte sur son cheval Bigadin. Il faut le* comprendre : il a décidé de faire la vie ; avec un bon commis, il pourrait partager le travail quotidien, ce qui lui laisserait des loisirs.
Un grand destin attend donc Mortimer. Mais… est-ce bien raisonnable ?

Un scénario qui décoiffe, une distribution prestigieuse et … peut-être… une apparition exceptionnelle de l'illustre Rincevent.

mortimer

Mon avis :

Délirant. Un fou rire à chaque page, des situations rocambolesques, des personnages hauts en couleur. Un livre qui donne envie de le relire et de dévorer ensuite toutes les Annales du Disque-Monde !

Extraits :

"J'peux faire suivre par du porridge", dit-il, et il cligna de l'œil, apparemment pour inclure l'apprenti dans la conspiration mondiale porridgière.

*****

"Et toutes les reines étaient grandes, pâles et portaient ces machins comme des passe-montagnes…

- Des guimpes ?
- Ouais, c'est ça, et les princesses étaient belles comme un jour sans fin et si nobles qu'elles puaient le fayot à travers une douzaine de matelas…
- Quoi ?"
Albert hésita.
"Quelque chose dans ce goût-là, en tout cas, concéda-t-il.

*****

"Vous êtes mage. Je crois qu'il y a une chose que vous devez savoir", dit la princesse.

" AH OUI ?" fit la Mort.

( Il s'agit là d'un procédé de cinéma adapté au livre. La Mort ne parle pas à la princesse. Il se trouve en réalité dans son cabinet et s'adresse à son apprenti. Mais c'est plutôt efficace, non ? On doit appeler ça un fondu rapide, ou un zoom inversé. Ou autre chose. On peut s'attendre à tout de la part d'une industrie où tout le monde s'appelle "Coco")

*****

Les yeux bleus perçants étincelèrent dans sa direction. Il leur opposa un regard de lapin noctambule qui essaierait de faire baisser les phares à un semi-remorque de quinze tonnes dont le chauffeur défoncé depuis douze heures à la caféine fait exploser les tachymètres de l'enfer.
Sans succès.

*****

Morty baissa à nouveau la tête sur le réseau de lignes. On aurait dit qu'une araignée avait tissé une toile sur la page et s'était arrêtée à chaque intersection pour prendre des notes. Morty la fixa jusqu'à ce que les yeux lui fassent mal, dans l'attente d'une étincelle d' inspiration. Aucune ne se porta volontaire.

*****

"Et cherche pas à me passer de la pommade. Je n'suis pas pommadable."

* Une fois pour toutes, la Mort est de sexe masculin (NdT)

Posté par Crokme à 12:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Mortimer (T. Pratchett)

    Aaah merci pour ces extraits, ça fait du bien de réviser un peu, lol!

    En plus la princesse petit pois j'en discutais avec ma mère y a pas longtemps ça tombe bien!

    Je te conseille vraiment le Père Porcher et "Au guet!", c'est le top du top.

    Posté par Tortoise, 30 mars 2007 à 21:14 | | Répondre
  • Dès que je suis en Vacances, promis je ré-attaque Pratchett (je sais déjà qu'il y en a plein à la bibliothèque !) En tout cas, je tiendrai compte de tes conseils !

    Posté par crock, 15 avril 2007 à 19:22 | | Répondre
  • J'adore...

    ...les annales du disque monde et surtout le personnage de LA MORT!!! L'humour english comme je l'aime, même si je pense que cela doit se lire à petites doses

    Posté par Loba, 30 avril 2007 à 16:29 | | Répondre
  • effectivement...

    ...peut-être qu'un peu trop de Pratchett tue le Pratchett comme on dit. Moi je n'ai lu que Mortimer, mais je compte bien continuer (et je retiens ton conseil, j'alternerai avec d'autres lectures fantasy que j'ai à rattraper

    Posté par crock, 30 avril 2007 à 19:34 | | Répondre
Nouveau commentaire